L’Iceberg de l’Ingénierie de Formation

L’Iceberg de l’Ingénierie de Formation

L’ingénierie de formation est un ensemble de processus structurés visant à analyser des besoins de montée en compétences ou d’acquisition de nouvelles connaissances, puis à concevoir un ensemble d’actions ou de dispositifs d’apprentissage et de formation adéquats. Consolider les besoins d’apprentissage et les synthétiser n’est certainement que la partie apparente de l’iceberg de l’ingénierie de formation que plusieurs professionnels sous estiment.

Il est, avant tout, important de comprendre que le processus doit faire converger les attentes des employés, des managers de proximité, des managers intermédiaires, des managers RH, et du top management vis à vis du développement et de la priorisation des compétences. Les qualités d’influence et de négociation du responsable de l’ingénierie sont essentielles pour appréhender les attentes et les juger selon leurs valeurs absolues et relatives. Ces attentes, souvent divergentes, requièrent aussi un effort de fédérer leur convergence ou les faire aboutir vers un consensus unanimement accepté et valorisé, ce qui constitue un vrai travail d’ingénierie. La valorisation du résultat de l’ingénierie par les parties prenantes est essentielle dans l’appropriation des plans de formation et leur réussite ultérieure.

Le génie derrière la conception des parcours de formation tout en assurant la convergence des attentes est avant tout un travail d’analyse et de médiation. Tout d’abord, une bonne préparation des discussions avec les commanditaires doit passer par la mise en place de protocole d’entretien identifiant clairement les objectifs opérationnels, individuels, ou collectifs, tout en mettant l’accent sur les dysfonctionnements et les carences à réduire. Par la suite, l’effort d’ingénierie devra créer une alchimie entre les besoins des collaborateurs et l’interprétation que leurs managers font de ces besoins. Se contenter de la simple synthèse des besoins par les managers intermédiaires ou de proximité permet de réduire la durée du processus d’ingénierie, mais élimine l’implication importante des employés. Les managers ont certainement leur rôle à définir une partie des besoins de développement des compétences, mais ils ont surtout un rôle plus important d’identifier les dysfonctionnements opérationnels ou organisationnels et les traduire en tant que besoin de formation. Cependant, les employés sont aussi conscients de leurs lacunes et talents certes d’une façon biaisée, mais qui peuvent être canalisés, par l’ingénierie de formation, vers une création de valeur pour l’entreprise sur le court ou le long terme. L’arbitrage entre les besoins souhaités par les ressources et ceux que le manager pense adéquat pour son équipe n’est pas une tâche à céder aux managers. Cependant, les managers RH devraient avoir une visibilité sur les opportunités de mobilité et de développement de carrière que les départements et les business units peuvent avoir.

Il est alors important que le recensement des besoins soit effectué d’une façon massive. L’arbitrage devra alors se faire au niveau de la DRH ou le responsable de l’ingénierie de formation en concertation avec le top management. L’ingénierie devra rallier les aspects fondamentaux de la stratégie de l’entreprise, les dysfonctionnements recensés, et les projets RH structurants. Une réussite de l’ingénierie de formation ne peut être qu’une démarche avant gardiste orientée vers la satisfaction équilibrée du top management, des managers, et des employés.

Enfin, il est important de n’entamer l’ingénierie de formation que dans le cadre d’une méthodologie claire de gestion projet avec une définition des ressources nécessaires à sa planification, exécution, et clôture. Le chef du projet en question pourra être identifié en interne au sein de la DRH ou peut être un consultant externe avec une bonne compréhension des problématiques de l’entreprise. Les jalons, les risques, les échéanciers, et les livrables devront être définis d’une façon précise avec les commanditaires et les mandataires qui initient le projet en question et doivent être en mesure de l’accompagner progressivement. Au delà du plan de formation en tant qu’un des principaux livrables du projet de l’ingénierie de formation, il important de s’assurer de la bonne mise en place d’une architecture des dispositifs pédagogiques. Bien que la conception pédagogique reste spécifique à chaque module ou au formateur qui en a la responsabilité, la définition des modalités (tutorat, peer coaching, …), la sélection des processus d’évaluation et des types des situations d’apprentissage sont du ressort de l’ingénierie de formation. Cette architecture permet d’assurer la cohérence du projet du déploiement du dispositif de formation et de garantir son impact durable.

  • Article paru dans l’édition 7/5/2015 des Inspirations Eco

Article Farid Yandouz - Ingénierie de Formation - HD

Laissez un commentaire


7 − six =