Interview: Le Leadership Transformationnel !

unnamed-1

LE MATIN : La transformation semble devenir une nécessité…

Farid Yandouz : Le philosophe grec Héraclite l’a bien dit il y a plus de 2500 ans : «Rien n’est permanent, sauf le changement». Le phénomène de la transformation continue n’est pas nouveau même si nous le ressentons plus avec tout ce que la digitalisation et l’instantanéité des communications ont apporté à nos modes de vie en tant qu’individus, consommateurs, «consom’acteurs», managers, ou gérants d’entités opérationnelles. Manager en contexte de transformation continue peut paraitre comme un mythe dans le cas de certaines entreprises, mais il est certainement une réalité pour beaucoup d’autres où la déréglementation massive, la concurrence mondialisée, et la rareté des ressources rendent les décisions managériales obsolètes entre le temps de prise de conscience et l’action.

LE MATIN : Comment, à votre avis, améliorer l’efficacité du groupe pour réussir la transformation ?

Farid Yandouz: Sans prétendre avoir la recette miracle pour renforcer l’efficacité des organisations, il faut reconnaître que plusieurs travaux se sont penchés sur cette problématique qui attire l’attention et les efforts intellectuels des chercheurs, des cadres et des professionnels du conseil. Notre travail, en tant que consultants est d’apporter les outils de diagnostic, les leviers de développement de l’efficacité et les démarches de pilotage des initiatives de transformation performantes. Il est certain qu’un préalable au renforcement de l’efficacité de ces transformations est d’éviter les erreurs suivantes (Source : «Conduire le changement – Feuille de route en 8 étapes», par John Kotter – Édition Pearson) :
• Ne pas établir un sens d’urgence par rapport à la transformation.
• Faiblesse de la coalition qui soutient l’initiative du leader.
• Manque de vision transformationnelle.
• Absence d’une communication fréquente et pertinente autour de la vision.
• Persistance des résistances, des obstacles et des barrières à l’encontre de la vision.
• Ne pas mettre en valeur les jalons des réussites progressives (quick-wins)
• Déclarer la victoire trop tôt.
• Ne pas encrer la transformation dans la culture organisationnelle.

LE MATIN : Quels nouveaux modes de gestion à privilégier ?

Farid Yandouz: Le leadership stratégique à travers la pratique des modes de gestion de la complexité, l’adoption des démarches d’agilité, l’empowerment autour de visions transformationnelles sont les clés incontournables de la réussite. Il s’agit d’approches, certes stratégiques, qui doivent être complétées par une posture appropriée en termes de leadership «partagé» allant de la direction aux managers de proximité. Se faire accompagner par des consultants en la matière est essentiel pour s’assurer une veille active autour des bonnes pratiques de gestion avant-gardiste.

LE MATIN : Quel est le rôle du leader dans la transformation des organisations ?

Farid Yandouz: La transformation organisationnelle ne pourra se faire sans un rôle fédérateur du leader ainsi qu’un rôle catalyseur du leadership des managers. Sous ces deux composantes, le leadership est la capacité d’influencer les parties prenantes des projets de transformation pour atteindre une vision à travers
des stratégies.
Cette mission commence au niveau du haut de la pyramide des entreprises et ne doit pas s’arrêter à ce niveau.
Les managers sont aussi porteurs et relais des transformations en propageant le leadership dans l’organisation afin d’assurer l’engagement des collaborateurs.

Interview réalisé par le premier quotidien marocain, Le Matin, le 13 Juin 2016

unnamed-2

Les Ingénieurs en manque d’Ingéniosité?

L'’Ingénierie en manque d’Ingéniosité ?

Tout en étant au centre du confort de notre existence et celui des générations futures, l’ingénierie fascine, rationalise et transforme. Les ingénieurs occupent et occuperont, en effet, un rôle prépondérant dans les réalisations de l’humanité. Ceci dit, n’avons nous pas besoin de plus d’ingéniosité dans les démarches d’ingénierie ou, au mieux, devons nous être plus dans de l’ingénierie ingénieuse que dans la prépondérance de l’ingénierie rationnelle?

L’ingénieux est le caractère de celui qui possède un esprit inventif, ou qui trouve aisément des solutions appropriées à une situation quelconque (Larousse). Il ne s’agit pas nécessairement d’une qualité de tous les ingénieurs et de toutes les démarches d’ingénierie. Ces dernières sont souvent articulées autour de la rationalité mathématique, de la démarche scientifique, et de la modélisation, mais négligent l’ingéniosité à travers les procédés de la créativité.

Chacun des quatre leviers de l’ingénierie (rationalité, sciences, modélisation et ingéniosité) est important, mais ne devrait pas prendre le dessus sur les autres. Ceci dit, les trois premiers leviers sont souvent plus dominants par rapport au dernier. L’ingénierie est surtout dominée par la rationalité, la logique, la raison et la démarche mathématique qui s’imposent devant la créativité et bannissent l’intelligence émotionnelle et l’intuition. Ce constat, dit ou non dit, est unanimement planétaire et reste une croyance qui cloisonne, conditionne et limite l’apport des ingénieurs face aux problèmes ou les situations qu’ils doivent solutionner. La rationalité et la raison ont leurs limites, elles cherchent souvent à construire un monde meilleur, alors que l’ingéniosité ambitionne de créer un monde plus beau !

Afin de sortir de ce cloisonnement, Il faudrait simplement repenser le paradigme de la formation des ingénieurs, puis de celui de la gestion de nos attentes par rapport à ces derniers. Les ingénieurs, dans le monde entier, sont sélectionnés parmi les ‘meilleurs’ et les ‘bons’ mathématiciens. Le moule des mathématiques renforce la rationalité mais ne renforce pas forcement l’innovation et la créativité. Pourquoi ne crée-t-on pas des filières d’ingénierie pour les historiens, les décorateurs et les littéraires ou d’autres exemples de spécialités? Ces disciplines, et d’autres, ne sont-elles pas plus productrices d’ingéniosité ? La réponse est certainement, OUI … Elles le sont ! Steve Jobs l’a si bien dit quand il a insisté que si le Macintosh a si bien réussi, c’est parce qu’il est l’œuvre d’artistes, de zoologues et d’historiens qui se sont révélés d’excellents informaticiens.

Nous continuons à former des ingénieurs en uniformisant leurs états de pensée par la rationalité des processus et des méthodes. Il ne faut pas s’étonner de ne pas voir des résultats extraordinaires en suivant les mêmes méthodes ordinaires. Au delà de la formation initiale, la problématique de l’ingéniosité est aussi une question de savoir faire managérial. Promouvoir une culture d’ingéniosité au sein des équipes d’ingénieurs par le biais des méthodes et des stratégies d’innovation est une responsabilité des managers à tous les niveaux. Les attentes des parties prenantes par rapport aux ingénieurs devrait aussi intégrer plus de valeur ajoutée créative et non uniquement des livrables formalisés. Ceci permettra à l’entreprise de créer des produits et des services pour un monde plus beau, et non seulement plus rationnel !

La légitimité ne s’impose pas, elle se cultive!

La légitimité ne s’impose pas, elle se cultive!

Bien que l’autorité se dicte, la légitimité ne s’impose pas, elle se cultive! L’autorité n’est qu’une question de titre et d’organigramme, et l’art de transformer cette nomination en une mobilisation de notre entourage vis-à-vis de nos objectifs est une question de légitimité. Cette dernière ne s’applique pas uniquement aux individus par rapport aux fonctions qu’ils occupent, mais aussi aux organisations vis-à-vis des missions qu’elles gèrent ou qu’on Continuez à lire

Complexité : Manager par Expérimentation & Agilité !

Complexité : Manager par Expérimentation & Agilité !

La complexité est inhérente à l’existence des individus, des sociétés, et des organisations. Il faudrait, cependant, reconnaître que nous nous engloutissons souvent dans la résolution de la complexité en supposant que ceci réconfortera et prouvera notre intelligence. Ceci dit, la simplification par la créativité est la vraie clé du dévouement et de la réussite. Albert Einstein l’a si bien dit en insistant sur Continuez à lire

Valeur Relative & Valeur Absolue: Quelle Juste-Valeur de votre Travail ?

Valeur Relative & Valeur Absolue: Quelle Juste-Valeur de votre Travail ?

Quand nous travaillons, notre effort est naturellement récompensé par une contre partie cédée par l’organisation pour laquelle nous intervenons. La « juste valeur » de cette contre partie matérielle (salaire, prix, commission) ou immatérielle (reconnaissance, légitimité, promotion) reste une interprétation complexe. La conséquence étant l’insatisfaction vis à vis de ce que nous obtenons à travers notre travail, mais surtout le risque d’engloutissement dans la spirale de la démotivation et du manque d’engagement. Cette situation est certainement destructrice de valeur pour Continuez à lire